par Pierre Ducharme

Nous avons déjà, dans des numéros antérieurs du Trait d’union, évoqué les membres des familles Charron ayant participé aux rébellions de 1837 et 1838 au Bas-Canada. Dès le deuxième numéro, celui de février 1994 (Volume 1, no 2), Luc Charron (# 12) publiait un article de 4 pages intitulé « Sept Charron impliqués dans la rébellion », qu’il complétait dans les deux numéros suivants, ceux de juin (Volume 1, no 3) et d’octobre (Volume 2, no 1).

Sauf erreur par contre, rien de semblable n’a encore été publié dans nos pages sur l’implication des Ducharme dans ces événements importants de l’histoire du Québec et du Canada. On l’oublie souvent en effet, ces rébellions ont aussi eu lieu dans ce qui était alors le Haut-Canada, aujourd’hui l’Ontario. Le présent article, très préliminaire, vise à corriger cette lacune.

Plusieurs livres ont été publiés sur les patriotes. Le plus récent, le « Dictionnaire encyclopédique et historique des patriotes 1837-1838 »[1], présente notamment une énumération par ordre alphabétique des personnes qui ont été impliquées dans ces tragiques événements, aussi bien du coté patriote que du coté britannique. Onze Ducharme y sont nommément cités. Certaines des rubriques sont plus développées, d’autres sont très limitées, sans aucun doute parce que les personnages dont il est question n’ont pas eu un rôle décisionnel majeur, ou qu’ils sont peu connus par ailleurs. C’est le cas de 9 des 11 Ducharme figurant au dictionnaire.

Nous présentons dans cet article les informations publiées par M. Messier sur ces onze Ducharme (tous des hommes), que nous compléterons des renseignements dont nous disposons sur ces personnes. Pour ce faire, nous suivrons l’ordre du dictionnaire. Le texte de M. Messier apparaît en caractères italiques, suivi de nos commentaires en caractères réguliers.

Ducharme, A.

Présent lors de l’Assemblée patriote de Saint-Ours, le 7 mai 1837; il y propose une résolution.

Commentaires : difficile à identifier avec si peu de détails. En outre, ce personnage n’est pas cité dans l’ouvrage de Réal Fortin, « La guerre des patriotes le long du Richelieu », mais cet ouvrage traite principalement des événements dans le Haut-Richelieu[2]. Considérant sa présence à Saint-Ours, il s’agit probablement d’un membre de la famille Tétreault dit Ducharme, dont les membres sont nombreux dans cette région.Rébellion 1837-1838

Ducharme, Denis.

Saint-Valentin

Commentaires : cité dans l’ouvrage de Réal Fortin, exactement de la même façon. Identification difficile, mais il s’agit probablement d’un Tétreault dit Ducharme, pour la même raison que le précédent.

Ducharme dit Tétro, Jean-Marie

Capitaine de milice. Ordonne à ses miliciens de Saint-Hilaire de se rendre à Saint-Charles combattre les troupes anglaises.

Commentaires : cette fois, pas de doute sur l’origine familiale. Curieusement, bien qu’il soit capitaine de milice, un rôle important à l’époque, il n’est pas cité dans l’ouvrage de Réal Fortin.

Ducharme, Dominique

Lachine.

Commentaires : Bien que cette rubrique soit très laconique, il est assez facile d’identifier ce personnage. En effet, les Ducharme de Lachine de l’époque sont des descendants de Fiacre Ducharme et de Marie Pacreau (Montréal, 13 janvier 1659); Fiacre est le seul Ducharme dont le nom ne soit pas un surnom. Dans le cas présent, il s’agit probablement de Dominique Ducharme (François-Dominique + Marguerite Charlebois), qui épouse Angélique Roy dit Lapensée à Lachine le 13 avril 1812. C’est le frère de Charles-Joseph Ducharme, fondateur du séminaire de Sainte-Thérèse de Blainville.

Ducharme, J.M. (1782- )

Cultivateur. Saint-Jean-Baptiste.

Commentaires : Possiblement le même que Jean-Marie cité plus haut. Quoi qu’il en soit, sans doute aussi un Tétreault dit Ducharme.

Ducharme, Joseph

Présent à l’Assemblée patriote de Saint-Hyacinthe, le 1er juin 1837. Il y propose une résolution.

Commentaires : Non cité dans le livre de Fortin. Considérant que tous les hommes à l’époque portaient le prénom Joseph, seul ou associé à un ou plusieurs autres prénoms, il est difficile à identifier. Sans doute un Tétreault dit Ducharme.

Ducharme, Joseph

Dans le carnet secret du curé loyaliste de Saint-Eustache, Jacques Paquin, il est jugé « compromis » au sein du mouvement patriote.

Commentaires : Les Ducharme de Saint-Eustache de l’époque sont peu nombreux, et ce sont tous des Charron dit Ducharme. Dans ce cas précis, il s’agit probablement de Louis-Joseph Charron dit Ducharme (Louis + Marie-Scholastique Renaud), né en janvier 1778, qui épouse Véronique Presseau le 15 novembre 1802 à Saint-Eustache. Il décède le 23 novembre 1841, et est inhumé dans l’église. Voir aussi Louis, cité plus loin, ainsi que sa fiche d’ascendance, ci-après.

Ducharme, Léandre (1817-1897)

Né à Lachine, fils de Louis Ducharme et de Julie Roy-Lapensée. Commis-Marchand. Montréal. Frère chasseur. Chef patriote à Beauharnois. Collecte de fonds pour l’achat d’armes. Soulève les habitants pour le 3 novembre 1838. Arrêté le 7 novembre, il subit un procès en cours martiale. Condamné à mort, il voit sa sentence commuée en déportation vers l’Australie. De retour au Bas-Canada après avoir été gracié, en 1845. Auteur du « Journal d’un Exilé politique aux terres Australes ». Inhumé à la Côte-des-Neiges, au pied du monument des patriotes.

Commentaires : Sans doute le plus connu des Ducharme patriotes, et même l’un des patriotes les plus connus à cause de son livre, encore réédité il y a quelques années.  Descendant de Fiacre Ducharme, il est cousin issu de germains + 1 génération de Dominique Ducharme cité plus haut. Il épouse Odile Pelletier le 15 février 1847 à L’Assomption, QC et décède en 1897.

Ducharme, Léon (1792- )

Cultivateur. Saint-Césaire. Présent au sein des quelque cent cinquante patriotes armés qui se rassemblent le 22 novembre 1837 à Saint-Césaire sous le commandement du chef patriote Toussaint Goddu. (Il ) fait prisonnier le porteur du courrier de sa majesté le 25 novembre 1837. Participe au pillage du magasin du loyaliste et juge de paix William Chaffers.

Commentaires : Sans doute également un Tétreault dit Ducharme.

Ducharme, Louis (1777- )

Forgeron. Saint-Eustache. Soulève les habitants, menace et pille les loyalistes pour approvisionner les patriotes à leur camp de Saint-Eustache, avant la bataille du 14 décembre 1837. Emprisonné (s.d.) (s.l.).

Commentaires : Il est possible que l’auteur ait été victime d’une confusion. À notre connaissance, le seul Louis Ducharme de Saint-Eustache né vers 1777 est Louis-Joseph, cité plus haut sous le nom de Joseph, baptisé le 30 janvier 1778.

Son fils Louis, né en 1807, forgeron comme son père, fût aussi impliqué dans la rébellion, et il est possible qu’il soit question de lui ici. Louis a épousé Marie-Anne Leclair (Charles et Marie-Anne Choquet) le 19 mai 1828 à Saint-Eustache. Celle-ci allait lui donner 8 enfants entre 1828 et 1840. Instruit, il signe d’une très belle écriture à son mariage et au baptême de ses enfants, sauf à celui de William, le 26 mai 1838; il était peut-être emprisonné à cette date.

À sa sortie de prison, Louis Ducharme, vraisemblablement déçu de l’échec des rébellions et sentant peut-être qu’il était opportun pour lui de prendre le large, décide de gagner l’exil, comme on disait à l’époque. Beaucoup de nos compatriotes en firent autant dans les années qui suivirent les rébellions de 1837-1838.

Le 18 juin 1840, à Saint-Eustache, Louis signe le registre au baptême de son 8e enfant, Joseph-Maurice. Ce dernier semble être le dernier de ses enfants à naître au Québec. Le lieu de naissance et de baptême des trois derniers n’a pas encore été localisé, mais il est possible que ce soit en Ontario, puisqu’il semble y avoir résidé quelque temps, ou même à Prairie-du-Chien, Wisconsin, endroit où il allait se fixer définitivement. Son histoire mérite un article qui sera publié dans un prochain numéro du Trait d’union.

Louis Ducharme rejoignait à Prairie-du-Chien, peut-être sans le savoir au départ, une autre famille Ducharme qui y était installée depuis 1838, celle de François-Xavier Ducharme, époux de Marie-Louise Charland, dont il a été question récemment dans notre bulletin[3]. Cousins éloignés, Louis et François-Xavier eurent une prodigieuse descendance, et plusieurs de leurs descendants sont membres de notre association. Rien n’indique cependant que ces deux familles entretinrent des liens, bien que ce soit vraisemblable. Tous deux abandonnèrent complètement le nom Charron aux États-Unis, pour n’utiliser que le surnom Ducharme.

Le tableau 1 ci-après résume l’ascendance comparée de Louis et François-Xavier.

Ducharme, Timoléon (1818- )

Maître-chantre. Montréal. Frère chasseur. Prépare avec Célestin Beausoleil le soulèvement de l’automne 1838.

Commentaires : non identifié jusqu’à présent. Probablement un descendant de Fiacre Ducharme et Marie Pacreau.

Sommaire et conclusion

En résumé, on constate que les onze Ducharme ayant participé selon Alain Messier aux rébellions se répartissent probablement comme suit :

  • Famille Tétreault dit Ducharme : 6 personnes
  • Descendants de Fiacre Ducharme : 3 personnes
  • Famille Charron dit Ducharme : 2 personnes

Considérant que les patriotes ont été particulièrement actifs à Montréal et dans la vallée du Richelieu, la forte implication des Tétreault dit Ducharme et des descendants de Fiacre Ducharme n’est pas surprenante, ces familles étant solidement implantées dans ces régions. Par contre, les Ducharme de notre famille, surtout concentrés dans la région de Lanaudière, autour de Berthier, n’ont participé que par une seule de leurs familles, implantée à Saint-Eustache qui a constitué un autre foyer important de la rébellion.

Comme il a été dit plus haut, les renseignements fournis ici sont le résultats de travaux très préliminaires, qui seront complétés ultérieurement. Les informations de nos lecteurs visant à les compléter sont les bienvenues.

Tableau 1 : Ascendance comparée de Louis Ducharme et François-Xavier Ducharme 
Pierre Charron + Catherine Pillard, Montréal, 19 octobre 1965 
François Charron dit Ducharme + Marguerite Piette, Sorel, 30 janvier 1701 
Jean-Charron dit Ducharme (2ème mariage) + Geneviève Vanasse-Vertefeuille, Maskinongé, 27 juillet 1765 Jean-Baptiste Charron dit Ducharme + Marie-Jeanne Houde, Berthier, 28 janvier 1732
Louis-Marie Charron dit Ducharme + Marie-Archange Aubuchon dit Dulac, Berthier, 7 octobre 1793 Louis Charron dit Ducharme + Marie-Scholastique Renaud, Notre-Dame de Montréal, 1er juin 1772. (note 1)
François-Xavier Ducharme + Marie-Louise Charland, Lanoraie, 11 janvier 1825 Louis-Joseph Charron dit Ducharme + Véronique Presseau, Saint-Eustache, 15 novembre 1802
  Louis Ducharme + Marie-Anne Leclair, Saint-Eustache, 19 mai 1828
note 1 : Ce Louis est l’un des seuls Charron dit Ducharme qui se marie à Montréal avant 1850 et même avant 1900. Il est facile de conclure que les Ducharme localisés à Montréal avant le début du XXe siècle ne sont habituellement pas des Charron dit Ducharme.

 

Ce texte a été publié originellement dans notre bulletin le Trait d’union de l’Association des Charron et Ducharme Inc.

Vol. 12 no. 1, page 7. Copyright. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans l'autorisation de l'Association des Charron et Ducharme Inc.


[1] Messier, Alain : Dictionnaire encyclopédique et historique des patriotes 1837-1838. Guérin éditeur, Montréal, 2002. 497 pages. ISBN 2-7601-6345-8.

[2] Fortin, Réal : La guerre des patriotes le long du Richelieu. Éditions Mille Roches inc. St-Jean-sur-Richelieu, 1988. 286 pages. ISBN 2-8908-7039-1

[3] Ducharme, Pierre : François-Xavier Ducharme, un pionnier du Wisconsin. Le Trait d’union, Volume 10, no 2, février 2003, pages 11 à 14